Projet Pichaud et Grand Projet Urbain, une réunion publique destinée aux résidents, commerçants, artisans, entreprises et professions libérales d’Ollioules.

Lundi 16 mai, la municipalité a réuni, afin de les rassurer, les résidents, les commerçants, les artisans, les entreprises et les professions libérales pour faire le point concernant la période des grands travaux à venir en centre-ville.

Nous, la minorité du Conseil Municipal, étions présents, notre but étant de cerner l’impact de ces projets sur l’économie du centre ville et les moyens prévus par la majorité pour remédier aux nuisances et inconvénients prévisibles.

Le maire a présenté les « éléments contextuels » de ces projets :

« Il faut redynamiser le centre-ville. Comment ? En créant de l’habitat résidentiel, en apaisant le centre-ville grâce à une diminution de la circulation, en augmentant le nombre des places de stationnement, en développant les équipements culturels… »

« Le projet Pichaud c’est 64 logements dont 40 % de logements sociaux et 95 places de stationnement. C’est 600 m² de locaux (professions libérales, associations, commerces), 120 m² de salle municipale et le prolongement en bord de Reppe de la promenade jusqu’à l’ex maison du bouquiniste qui deviendra le musée de la clé et de la serrure. »

Nous pouvons rappeler ici que nous avons voté contre le projet Pichaud en Conseil Municipal, une partie du bâti se trouvant en zone inondable et l’opposante écologiste aurait préféré une « forêt urbaine », poumon vert en centre ville.

Quant au Grand Projet Urbain, il prévoit, en souterrain, sur 4 niveaux, la création d’un parking représentant environ 700 places et en super structures un cinéma (3 salles, 299 sièges, 50 000 entrées attendues par an), une média ludothèque intégrant le relai petite enfance (1 000 m²), le conservatoire de musique (250 élèves), une salle polyvalente (plus de 300 places) et le « retour en centre-ville de l’étude notariale Roquebert Massiani » ainsi qu’une brasserie. Et de rappeler que la ville a racheté la licence du Bar du Parc qui vient de fermer.

Nous avons pu noter la forte inquiétude dans l’assistance concernant l’ouverture d’une autre brasserie à Pichaud. Le maire a alors affirmé qu’aucun projet d’ouverture d’une autre brasserie n’était envisagé tout en rappelant la liberté d’entreprendre.

??????????? Cela est tout à fait contradictoire avec la publicité de SEGEPRIM, promoteur du projet qui mentionne sur Facebook :

https://www.facebook.com/segeprim/photos/a.1978959115737586/2848458015454354/

«  SEGEPRIM et son associé Marignan, vont développer 64 logements et 700 m2 d’espaces tertiaires, visant à accueillir, entre autres, un pôle médical, une maison associative, une brasserie… »

« A Pichaud, les travaux de démolition des immeubles débuteront en octobre 2022 et pour le Grand Projet Urbain entre juin et décembre. La fermeture des parkings cela signifie 380 places supprimées pendant les travaux. La fin des travaux à Pichaud est prévue en octobre 2024 et septembre 2025 pour le GPU. 

Des places seront disponibles au Gerberas (26), au parking Orlandi (300), sur l’aire des camping cars (35), cour Voltaire (8), place Jean Jaurès (30), au boulodrome (18), au collège (28). Ce qui fait un total de 445 places disponibles. »

Dans l’assistance, l’inquiétude est perceptible puisque le parking Orlandi de 300 places est excentré.

Des zones bleues sont prévues ainsi que des navettes gratuites.

Quelles seront les horaires de ces navettes ?

« Il n’y aura pas de navettes nocturnes sauf manifestations. Et jusqu’à 20 h 30 s’il y a des voyageurs. »

Enfin le maire a présenté le cahier des doléances qui lui sont parvenues :

Pour les demandes d’aides, il a prévu une étude au cas par cas.

« Il faudra étudier les comptes des demandeurs. »

Il a également fait part des suggestions proposées par les commerçants :

Un étage dans le parking du GPU sera-t-il réservé aux commerçants ?

Réponse : « C’est à voir ».

Après les travaux le maire explique qu’il y aura 300 places de stationnement en plus, par rapport à la situation actuelle.

« Des arrêts minutes sont prévus autour de l’église, un parking moto sur la placette Trotobas. »

« Il n’y aura pas de parkings payants. »

« Un parking vente par drive avec mise à disposition d’un local est envisageable place Jean Jaurès. »

« Les lignes de bus seront gardées. »

Y aura-t-il des vélos en libre service ?

Réponse du maire :

« Pourquoi pas ?! »

« Pour traverser Ollioules, il n’y aura pas de changement. Mais on aura pas besoin de passer par le centre ville si on veut quitter Ollioules puisque la rue Philippe de Hauteclocque sera en double sens. Les feux rouges seront supprimés et remplacés par des giratoires sauf celui situé au niveau de la garderie. »

Le maire affirme qu’il ne fera pas exploser les impôts locaux.

Suggestions :

« Il est difficile d’avoir du passage et d’avoir de la visibilité. Il faut faire plus d’animations au Vieux Moulin. »

« Le problème des déjections des pigeons est évoqué. Le maire recommande à chacun de contacter le propriétaire du local concerné afin de faire installer des piques ! »

« La stérilisation des pigeons est prévue. »

Pour les demandes d’aides :

Le maire explique « que payer les loyers des commerçants est illégal car il faut faire un système équitable. »

Un commerçant présente la suggestion suivante :

« Faire comme le président Macron le « Quoi qu’il en coûte »pour les commerçants qui présenteraient une baisse du chiffre d’affaire au-delà de 10 %, seuil au-delà duquel la pérennité du commerce est en danger.»

Autre question : « Une étude d’impact concernant les commerces situés en zone de travaux urbains a-t-elle été faite ? »

Réponse négative.

Mais le maire reste optimiste et encourage les commerçants à « garder le sourire avec leur clientèle. » Il est convaincu que ces aménagements urbains auront un impact positif sur le chiffre d’affaire des commerçants du centre ville. Une fois les travaux terminés il affirme que le centre ville sera « apaisé » car ici une étude d’impact a été réalisée.

Autres suggestions:

Créer la brochure des commerçants avec les places de parkings mises à disposition et la distribuer.

Prévoir des panneaux indicateurs au niveau des passages piétons.

Stopper les problèmes rencontrés avec les scooters (bruit et vitesse).

Repenser le mobilier urbain de la place Jean-Jaurès (mobilier déplaçable).

Notre sentiment après cette réunion :

Beaucoup de commerçants et d’artisans ont le sentiment qu’ils vont entrer dans une longue période d’incertitude. On sent très bien leur inquiétude. Difficile de les rassurer.

Il est également difficile de comprendre pourquoi ces deux grands projets situés en centre ville se dérouleront en simultané, même si la majorité argumente le bien fondé de ce choix (durée de la totalité des travaux).

Dans le meilleur des cas, le centre ville va être impacté jusqu’en 2025.

Le Débatteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.