Après les LR, la macronie dans la tourmente

Falco et son clan” mis en cause par…LREM !

Suite à la lame de fond électorale du second tour de la législative qui a fait de Macron un président sans majorité, le référent départemental de la LREM, Olivier Lutersztejn, chef d’entreprise et conseiller municipal à La Valette a rendu son mandat et vidé son sac à travers une déclaration d’une rare violence.(1)

Perdre sept des huit élus varois de 2017 dont six avaient le label “majorité présidentielle” (sauf Masson et G. Lévy alors LR) et ce, au bénéfice du RN, ça ne peut pas passer inaperçu même si la progression de l’extrême-droite en termes de représentation parlementaire concerne l’ensemble du territoire.

Le référent ne pouvait faire autrement que de remettre son tablier après une telle débâcle nationale et départementale. Six sortants LREM et tous battus dans le Var tandis que les parlementaires RN passent de 0 à 7 et de 8 à 89 au plan national où ils sont devancés par les 131 de la NUPES !

Le seul élu sous la bannière LREM c’est le 1er adjoint de Falco, lui aussi venant des LR et passé aux côtés de Macron ? Maigre consolation. Ce ralliement n’a pas suffi pour sauver le “roi nu”. Au moins le présidentialisme a du plomb dans l’aile

Le référent a attribué l’échec varois à ce qu’il appelle ” des soutiens toxiques que la majorité présidentielle ne pouvait accepter dans le Var …” Suivez son regard. Il parle bien du soutien

d’un homme, assumant clairement des valeurs à l’opposé des nôtres, puis par un soutien de tout son clan…” Que ne l’a-t-il pas dit plus tôt ?

“…Ce « chef », comme les hommes du clan l’appellent,…a obtenu qu’on lui laisse faire sa cuisine interne, à savoir trafiquer l’organisation même des investitures…Mais les arrangements entre amis ont leurs limites, et ce chef qui pensait tirer les marrons du feu, se retrouve être le dindon de la farce, avec chacun de nous.

…Au final, c’est le RN qui a sorti les bouteilles de champagne de son frigo.”

Y aurait-il une allusion avec une affaire “de frigo”pendante qui sera jugée dans les mois à venir ? On a toutes les raisons de le penser. Ces morceaux choisis se passent de commentaires sur la belle ambiance qui règne à droite, au bénéfice du RN.

On a, bien sûr, reconnu ce chef charismatique qui a passé cinq ans à critiquer Macron et son gouvernement qu’il accusait entre autre, de sous-estimer les territoires, de grever leurs budgets, d’imposer une loi SRU jugée inapplicable à ses yeux, se faisant le chantre d’une opposition résolue…avant de le rejoindre en se trouvant de bonnes raisons, entraînant ses plus fidèles lieutenants et admirateurs, habitués à suivre le chef qui les a adoubés.

Il venait juste de claquer la porte des LR dont il était le “patron” dans le Var depuis quatre décennies, imité par Estrosi et Muselier. Ils pensaient plus sûrs de conserver leurs pouvoirs régionaux et locaux en rejoignant Macron qu’en le combattant dans un parti en déclin.

Depuis l’affaire Fillon, juste avant la présidentielle de 2017, les LR laissent beaucoup de plumes, partagés entre deux postures, l’une incarnant “la vraie droite” face à Macron qui se prétend “ni à droite, ni à gauche” et l’autre lorgnant du côté du RN qui cherche aussi des alliés. Ciotti leur tend la main, se disant prêt à voter pour l’extrême-droite ! Il en est si près.

Cela s’est traduit par un 4,67% de V. Pécresse à la présidentielle. Et par une perte sévère de députés passant de 112 à 64. Le Var en comptait huit sur huit sous l’étiquette UMP en 2012, puis 2 en 2017 et aucun en 2022 puisque Chenevard, seul rescapé de la tornade brune, s’était lancé dans la course sous la casaque de Macron. Après tout, il ne changeait pas vraiment de camp. Chez eux, c’est la lutte des places qui motive le plus.

Des soupçons de fraudes au 1er tour

En 2017 l’élection de G. Lévy LR, face à la candidate LREM Mme Chantreux, en tête au 1er tour avec 2 000 voix d’avance, était entachée de nombreuses “irrégularités” électorales relatées dans deux pages du Monde diplomatique en décembre 2020 qui avait sérieusement enquêté sur des faits constatés dans certains bureaux de vote, de nature à fausser les résultats.

Car au 2è tour, avec 61,29 d’abstentions (54,72 au 1er), G. Lévy avait fait un bond de près de 6 000 voix et Mme Chantreux n’avait progressé que de 1 200, elle était battue, G. Lévy passant de 25,5% à 55,18 ? L’énigme reste entière.

Cela s’est reproduit au 1er tour des législatives 2022 et publié par Médiapart le 16-6-22 sans qu’il y ait eu la moindre plainte du maire sur le contenu de l’article.(2)

Rendons justice au référent, dès 2021 il déclarait ceci dans Var-Matin du 10 mai que reprenait Press-Reader en présentant le programme de Macron et ses candidats, faisant un petit détour : “les compétences du Département sont très larges et touchent la vie quotidienne des citoyens. On sent que dans le Var il y a un manque d’ambition flagrant. Il y a un problème de vision et de gouvernance au détriment des concitoyens…on ne fera pas partie de la majorité autour de Marc Giraud, ça c’est sûr. Il a des accointances avec le Front national, c’est évident…” Il comptait donc sur Falco pour arrondir les angles.

Giraud passera en justice le 28 septembre pour “emploi fictif et détournements de biens publics” faits qui remontent à 2014 lorsqu’il était maire de Carqueiranne. Il rejoindra Falco en février 2023 devant le tribunal correctionnel de Marseille pour “l’affaire du frigo” à la disposition 7 jours sur 7 de l’ancien président du conseil départemental ! Où est le mal…plaident-ils ?

Comment ne pas voir l’actualité de ces pratiques qui conduisent à l’abstention, tant elles sont connues et semblent immuables, ces batailles entre états-majors pour se faire désigner candidat puis, ensuite, entretenir un clientélisme à votre service jusqu’à sortir de la légalité s’il le faut, pour assurer votre réélection…un emploi, un logement, une aide sociale ou tout droit qui passe trop souvent par le bon-vouloir de l’élu avec la bénédiction du maire ?

Ce n’est pas porter un jugement global sur tous les maires et élus très majoritairement honnêtes et dévoués mais ça existe. N’avait-on pas un maire de droite à Toulon, très populaire, qui fréquentait le caïd du milieu qu’il avait fait président de son comité de soutien dans les années 80 ? Il pouvait même se retrouver avec lui, en vacances en Grèce, dans le même hôtel. Il avait aussi mis un hélicoptère, destiné à la prévention des incendies, à la disposition d’un cercle d’amis pour un tout autre usage. Tout ça dans la bonhomie et la familiarité.

Ce n’est qu’un échantillon.

Cela a duré près de trois décennies. Le bilan est beaucoup plus chargé et bien des témoins de ces frasques ont des problèmes de…mémoire plus ou moins proportionnels à leur fidélité et à la solidité de leurs convictions. D’autres ont carrément disparu de la scène politique. Une députée hyéroise FN puis UDF, Yann Piat et deux adjoints, Daniel Perrin UMP et Poulet-Dachary FN ont perdu violemment la vie entre 1986 et 2000 pour des règlements de compte entre amis.

La séquence du FN à Toulon, de 1995 à 2001 fut des plus riches…en scandales de la part du maire, en provenance des Républicains et de certains adjoints dont sa noble et royaliste de femme -un État dans l’État- en matière de gestion et de faits justiciables lourdement condamnés, qui ont fait éclater leur groupe bien avant de laisser la place..aux prédécesseurs !

Un rappel des parcours politiques des hommes et femmes ayant eu des responsabilités nationales (ministres et parlementaires) nous éclairerait sur la flexibilité de la pensée humaine qui, bien entendu, peut évoluer et c’est souhaitable mais à ne pas confondre avec les trajectoires qui caractérisent les carriéristes et opportunistes prêts à tout pour améliorer leurs revenus, en même temps que leur statut social qui les mettent définitivement à l’abri du besoin, en plus de la notoriété.

Un séisme politique vient de traverser la France. Il soulage ou/et il angoisse, dans cette atmosphère très lourde qui pèse par ailleurs sur le monde et dont on ne voit pas de solutions collectives à court terme qui répondent à toutes nos craintes, nos angoisses, nos aspirations, nos besoins les plus basiques…les mauvaises nouvelles prenant le pas de plus en plus chaque jour.

Et pourtant il y en a, des bonnes, mais pas forcément pour tout le monde et peu mises en valeur, comme la victoire d’un président de gauche en Colombie pour la première fois de son histoire…c’est tellement loin, peut-être moins qu’il n’y paraît, l’Amérique latine prend ses distances avec un tuteur envahissant, plus au nord. Cuba se sent moins seule depuis quelques temps.

Le parlement va pouvoir mettre les cartes sur la table et débattre en toute transparence. Le monarque républicain ne fera plus ses lois, c’est déjà un acquis…pourvu que le peuple s’en mêle.

René Fredon

(1) https://www.tv83.info/2022/06/24/olivier-lutersztejn-referent-departemental-lrem-var/

(2) https://mail01.orange.fr/appsuite/#app=in8/office/preview&id=89215

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.